Mendiante dans les rues de Tokyo

Publié le par David-Antoine Malinas

Vendredi 23 janvier 2009.
Sortie de la gare de Nakano à Tokyo. On y remarque souvent des vendeurs à la sauvette : artistes qui font la promotion de leur concert à venir ou vendent leur CD, artisans qui, en bois, en fer, ou laine, vendent différents objets. Mais cette fois-ci, vendredi 21 janvier 2009, pour la première fois, c'est un mendiant. Une mendiante pour être plus précis.
Elle est assise, à la japonaise sur des bouts de journaux, pour se protéger un peu du froid et de l'humidité du sol. Sur l'un d'eux, posé devant elle, sont déposées quelques pièces : 1 yen, 10 yens. Il ne doit pas y avoir encore beaucoup de pièces de passant là-dedans.Au moment où je passe, c'est surtout l'odeur qui permet de comprendre l'état de détresse de la personne. Les yeux ne regardent rien en particulier. Elle se gratte, malaise du corps et de l'esprit. A mon retour, elle n'est plus là.
Personne au Japon n'a vu de mendiant à Tokyo depuis la fin des années 60. A l"époque a disparu les derniers "mono goi", dont une photo que j'ai vu dans je ne sais plus quel livre ressemblait étrangement  à la femme de Nakano : genoux pliés, haillons, visage caché, mains au sol. Les japonais savent qu'ailleurs, aux Etats-Unis, En Europe, il y a des personnes qui mendient. Mais il est connu que les sans-abri au Japon ne mendient pas.
Aujourd'hui fait date.

Publié dans Paroles sans-abri

Commenter cet article