Les effets de la crise sur l'économie japonaise : séquence

Publié le par David-Antoine Malinas

1 Les entreprises annonçent de larges pertes, ou des bénéfices beaucoup moins importants
Au Japon, à l'inverse des Etats-Unis ou de l'Europe c'est le secteur "réel" qui a annoncé en premier ses pertes : le secteur automobile avec l'un des premiers déficit de l'histoire de Toyota (4 milliards d'euros), le secteur de l'électro-ménager grand public par exemple. Ensuite seulement le secteur financier (banques, maison de courtage etc.), qui semblait sortir renforcé de la crise avec le rachat par exemple des activités de Lehman par Nomura, a annoncé ses pertes : plus de 100 milliards de dollars annoncés pour le secteur des banques, soit un chiffre treize fois plus important que six mois auparavant.

2 Non renouvellement des CDD
On voit l'influence des mesures qui ont favorisé le développement de l'emploi atypique avec notamment une libéralisation totale des emplois intérimaires pour tous les secteurs. En effet, la première séquence de la crise était normalement une baisse des salaires et/ou des heures supplémentaires. Par exemple lors du choc pétrolier de 1974 la hausse du chômage arrive assez tardivement et après l'utilisation d'autres techniques pour s'adapter à la baisse de la demande (à confirmer). Le ministère du travail et de la santé a déjà produit deux chiffres sur le nombre de contrats à durée déterminée qui ne seront pas renouvelés : fin 2008, une première estimation à 85 000 ; fin 2009, une seconde estimation à 125 000 avec une précision, plus de 2500 se retrouvent sans logement. Ce chiffre est obtenu par une enquête réalisée auprès des principales entreprises, mais il faudrait probablement le doubler, voire le tripler, pour approcher la réalité.

3 Baisse des salaires (employés, cadres, dirigeants) et baisse des heures travaillées
Ce sont des mesures assez traditionnelles, et de part ce fait, elles concernent surtout des entreprises au profil "traditionnel", par exemple Toshiba qui a mis en place deux jours de chômage technique tous les onze jours, Toyota dont la mesure concerne plus de 15 000 empoyés ou Fujitsu qui accepte également que ses employés cherchent un emploi dans d'autres entreprises pour compenser la perte de salaire - ce qui accroît au passage la compétition sur un marché de l'emploi particulièrement tendu.

4 Licenciements
C'est la dernière mesure possible dans un cycle de crise, la mesure la plus radicale vers laquelle risque de se tourner les entreprises "traditionnelles" mais qui est une mesure rapidement prise pour les entreprises aux nouvelles techniques managériales. Deux entreprises qui sont assez représentatives, tant par leur importance que par leur récentes décisions : Sony qui a licencié 8 000 employés en CDI et Nissan qui a licencié 20 000 employés de part le monde (dont 12 000 employés au Japon). Il faut ajouter dans ces cas que pour Sony, l'annonce officielle avait d'abord été de 8 000 puis montée à 16 000 pour inclure le non renouvellement d'intérimaires. Dans le cas de Nissan, le salaire des cadres ont été également réduits et le bonus des dirigeants supprimés.

Il est possible de souligner la différence entre les entreprises traditionnelles qui essayent de garder leur masse salariale - sans nier le fait qu'elles se séparent des intérimaires - et qui semblent assurer une certaine protection même en cas de crise et les entreprises aux nouvelles techniques managériales qui se séparent au fur et à mesure des personnes inutiles, ceux qui restent se demandant quand viendra leur tour. C'est le principe du daruma otoshi appliqué à la gestion des ressources humaines.

5 Baisse des prévisions de recrutement
On voit déjà les effets de l'anticipation du crise durable puisque les entreprises commencent à réviser à la baisse leurs prévisions de recrutement. Ainsi, Honda qui a réussi à tirer son épingle du jeu en réalisant des bénéfices - 85 millions d'euros - a néanmoins annoncé une baisse de 40 pour cent des intentions de recrutement pour avril 2010 par rapport à avril 2009. 


Publié dans La crise au Japon

Commenter cet article