Coefficient de Gini au Japon 3

Publié le par David Malinas

Causes et perspectives (2)

L'atomisation des ménages constitue une deuxième source d'accroissement des inégalités au Japon. Le nombre de foyers précaire a augmenté de manière rapide entre 1990 et 2000. Ainsi, le nombre de personnes âgées – plus de 65 ans – qui vivent avec leurs enfants est passé de près de 60 pour cent à moins de 50 pourcent. Dans le même temps, le pourcentage de personnes âgées vivant seules ou seules avec une autre personne âgée est, quant à lui, passé de 37 à 47 pourcent. Or, ces nouveaux foyers appartiennent à des catégories d'âge dont le coefficient de Gini est beaucoup plus fort que la moyenne
De même le nombre de foyer monoparentaux est en hausse, passant de 6 757 782 en 1990 à 8 590 147 en 2000. Ce sont les foyers monoparentaux féminin, particulièrement sujets par la précarité économique, qui sur cette période ont fait progresser les chiffres. Or, ces foyers sont également particulièrement touchés par la pauvreté, ce qui accroit consécutivement le coefficient de Gini*.

Il faudrait également arriver à prendre en compte les effets cumulés de l'atomisation des ménages sur le coefficient de Gini, et non pas seulement l'addition des seuls nouveaux foyers précarisés. Des exemples peuvent exemplifier cette hypothèse de travail qui ne fait pas l'objet de statistique officielle. Soit un foyer composé d'un homme et d'une femme mariés, travaillant à  mi-temps. Le divorce entraine la création 1) d'un nouveau foyer avec un revenu amoindri (la femme), 2) la recatégorisation d'une foyer en revenu amoindri (l'homme) et 3) la disparition d'un foyers à meilleur revenu (le foyer d'origine).
Le même effet boule de neige pourrait être mis en évidence concernant un phénomène qui a attiré l'attention des médias, les divorces "gris" (jyukunen rikkon), c'est à dire le divorce de personnes qui sont mariées depuis de longues années. Cette situation donne en effet des droits à la femme tant en ce qui concernent les biens du couple que les revenus tirés de la retraite. Dans ce cas, le divorce entraine une perte de revenu dont il faudrait envisager plus précisément les effets sur le coefficient de Gini.

L'atomisation des ménages a des effets sur la polarisation des situations sociales qui  restent cependant difficile à envisager systématiquement. On se heurte sur cette question qui achoppe avec la statistique de la pauvreté à une information parcelaire (à quand un taux  de famille monoparentale femme officiel au Japon) et/ou mise à jour tardivement (le taux de Gini date de 2002).


* Il faut cependant différencier l'augmentation du coefficient de Gini qui peut avoir théoriquement pour cause unique l'augmentation des revenus les plus riches, et le taux de pauvreté.

Publié dans Recherche post-doc

Commenter cet article

dam 13/10/2006 03:29

taux de divorce au Japon :1990 : 1.281995 : 1.602000 : 2.102004 (dernière stat.) :  2.15 source : http://www.mhlw.go.jp/toukei/saikin/hw/jinkou/kakutei05/hyo2-2.html