Emploi atypique au Japon - Enquête 2003 (1) Ministère de l’Emploi et de la Santé

Publié le par David Malinas

L’enquête 2003 du ministère du travail et de la santé sur la diversification des formes de l’emploi au Japon a été rendue public en juillet 2004*. Il s’agit d’une enquête de grande ampleur qui concerne l’emploi atypique (hiseisyain).

Elle a été réalisée sur l’ensemble du territoire japonais, dans 14 industries, à l’exception des services à la personne, et des japonais à l’étranger. Deux questionnaires ont été envoyés, l’un aux employeurs et l’autre aux employés dans 16 232 entreprises de plus de 5 employés. 11624 employeurs ont répondu au premier questionnaire et 24 930 employés ont répondu au second questionnaire. Le retour sur questionnaire a été de plus de 70 pourcent dans les deux cas.


Les enquêteurs ont procédé au préalable a un travail de définition minutieux sur lequel il est important de s'attarder.

Les employés en CDD (seishain) sont, parmi des travailleurs dont la période d’emploi n’est pas définie, les personnes qui ne travaillent pas en temps partiel et qui ne sont pas des personnes en mission (shukkosha). Il me semble qu’en ce qui concerne ce dernier point, il s’agit de ne pas intégrer dans la catégorie des employés en CDD les personnes qui travaillent dans des agences de placement.

Ensuite, 7 catégories d’emploi atypique sont distinguées (hiseishain)

Les employés contractuels (keiyakushain) Ce sont les travailleurs qui sont employés pour une période déterminée pour un travail particulier nécessitant un fort savoir technique ou spécialisé.

Les employés rattachés (shokutakushain) Ce sont les personnes qui, après leur retraite, sont ré-employés dans leur entreprise pour une période déterminée. L’existence de cette catégorie  est liée à l’élevation de l’âge de la retraite (62 ans en 2006).

Les employés missionés (shukkosha) Ce sont les personnes qui sont missionnés par une entreprise pour travailler dans une autre entreprise. N’est pas pris en compte le fait de savoir si cette personne travaille ou non en CDI dans l’entreprise d’origine.

Les employés intérimaires (hakenrôdôsha). Ce sont les personnes qui sont envoyés en mission par des entreprises d’interimaires, officiellement certifiées (loi sur les travailleurs intérimaires). Sont distingués les employés intérimaires « enregistrés (tôrokukei)», qui sont enregistrés comme employés intérimaires dans la base de donnée de l’entreprise mais ne sont pas employés directement par cette dernière, et les employés intérimaires « employés (jyôyôkoyôkei) », qui sont employés directement par l’entreprise d’intérim.

Les employés temporaires (rinjitekikoyôsha) qui sont les personnes dont la période d’emploi est comprise entre un jour et un mois.

Les employés à mi-temps (pâtotaimurôdôsha) qui sont les personnes dont la période de travaille dépasse un mois ou n’est pas définie explicitement, et qui, soit pour une journée de travail soit pour une semaine de travail donnée travaillent moins d’heures ou de jours qu’un employé en CDI.

Autres (sonohoka) concerne les employés qui ne rentrent pas dans les catégories précédentes (par exemple les travailleurs journaliers (hiyatoirôdôsha).


L’ampleur et la minutie de cette enquête permettent de considérer les résultats de cette enquête comme particulièrement fiables pour comprendre la situation de l’emploi atypique au Japon.


* Kôseirôdôshô, Heisei 15 nen shûgyû keitai no tayôka ni kansuru sôgôjittai chôsakekkanogaikyô (Diversification des formes del’emploi - situation générale, résultat de l’enquête 2003), Juillet 2004. http://www.mhlw.go.jp/toukei/itiran/roudou/koyou/keitai/03/index.htm (30 octobre 2006).

Commenter cet article