Japon. Enquête Nationale Sans-Abri 2007 (2)

Publié le par David Malinas

Age de la population à la rue

La population à la rue est essentiellement composée de personnes âgées au Japon.
Il faut tout d'abord signaler que la moyenne d'âge, en légère augmentation, a été calculée à 57.5 ans dans l'enquête 2007. De plus, le pourcentage de la population âgée de plus de 50, qui représentait déjà plus de 80 pourcent en 2003, représente aujourd'hui près de 85 pourcent.
Surtout, une ligne de démarcation est perceptible entre les catégories d'âge situées en dessous de 55 ans et celles situées en dessus (graphique 3). Une baisse significative est perceptible entre 2003 et 2007 pour toutes les catégories qui se situent en dessous de cette ligne, notamment pour les catégories 45-49, 50-54. En revanche, toutes les catégories situées après cette ligne sont en augmentation.
Consécutivement, la part des plus de 55 ans a pris plus de 10 points entre 2003 et 2007 et représente désormais près de 70% de la population à la rue.


Graphique 3 - Evolution de l'âge de la population sans-abri
pourcentage par classe d'âge
Source : kôseirôdôshô, enquête nationale sur la situation des sans-abri, 2007 ; kôseirôdôshô, enquête nationale sur la situation des sans-abri, 2003

Usage de l'espace par les sans-abri

Près de 85 pourcent des sans-abri ont un lieu défini de couchage. Cette proportion est à peu près identique à celle de 2003. Mais les chiffres les plus intéressants sont ceux qui concernent la forme de couchage, répartie en quatre catégories, de la plus protectrice à la plus précaire : cabane, cartons (c'est-à-dire que les sans-abri se protègent du froid en montant autour d'eux des cartons), couvertures ou sacs de couchage et enfin absence d'aucune protection. On remarque, entre 2003 et 2007, une tendance à la précarisation de la forme de couchage (graphique 4). Ainsi, la proportion de personnes qui utilisent des cabanes ou des cartons est passée de 77% en 2003 à 69% 2007. En revanche, les formes précaires de couchage - couverture et absence de protection -, passent de 17% à 26%. (On n'obtient pas 100% car il existe un pourcentage de réponse inconnue).

Graphique 4 - formes de couchage des sans-abri : comparaison 2003 - 2007
Source : kôseirôdôshô, enquête nationale sur la situation des sans-abri, 2007

En ce qui concerne le lieu de couchage, il y a également de grandes modifications (graphique 5). L'usage des parcs est toujours majoritaire mais a décru de 13 pourcent en 4 années pour passer de 48.9% à 35.9%. Il faut y voir le résultat, notamment pour Tokyo, à la fois d'une politique de réinsertion qui a ciblé spécifiquement à partir de 2005 les sans-abri sédentarisés dans les parcs pour leur proposer des logements, et une politique d'éviction mise en oeuvre dans toutes les grandes villes pour "normaliser" l'usage des parcs publics et en exclure les sans-abri et leurs cabanes. La population qui dort dans la rue ou bien dans les gares est également en légère diminution avec probablement les mêmes causes : une politique de réinsertion avec une gestion plus stricte de l'espace public. La majorité des sans-abri se reporte alors sur le bord des rivières. Cette catégorie prend plus de 14 points entre 2003 et 2007 et passe de 17.5% à 31.8%.

Graphique 5 - lieu de couchage 2003 - 2007
Source : kôseirôdôshô, enquête nationale sur la situation des sans-abri, 2007


---
Références :

enquête 2003
http://www.mhlw.go.jp/houdou/2003/03/h0326-5.html

enquête 2007
http://www.mhlw.go.jp/houdou/2007/04/h0406-5.html

Commenter cet article