Travail précaire au Japon

Publié le par David-Antoine Malinas

Depuis le début de la crise des années quatre-vingt dix, le travail à temps partiel n'a cessé de croître. La reprise économique du début des années 2000, si elle a permis de rétablir la compétitivité du Japon sur la scène économique internationale n'a pas modifier cette tendance de long terme.

 Emploi précaire : Près de 35% de la population active

Les chiffres accessibles permettent de mettre en évidence une hausse de près de 15 pour cent des chiffres de l'emploi précaire au Japon sur la période 1990 - 2007 (graphique 1). On remarque notamment une hausse continue de l'emploi non-régulier à partir de 1995. En 2007, la part d'emploi précaire dans la population active est de plus de 30%.

Graphique 1 : 1990 - 2007 : part de l'emploi précaire dans la population active au Japon
Source : Bureau des statistiques, Japon, 2007. Compilation des enquêtes annuelles, employés par type d'emploi.
1990 - 1998, chiffre de l'enquête annuelle réalisée en février ; 1999 - 2000, chiffre de la première enquête annuelle réalisée en février, une seconde est réalisée en août  ; 2001 - 2006 : moyenne annuelle réalisée à partir des enquêtes trimestrielles ; 2007, dernier trimestre non-accessible, moyenne des trois premiers trimestres.


Répartition homme/femme


La hausse la plus rapide concerne les hommes. Entre 1995 et 2007, le pourcentage de la population active masculine employés de manière précaire a doublé, passant de moins de 10% à près de 20% (graphique 2). En valeur absolue, le nombre d'hommes employés sous des formes non régulières est passé de 2, 5 millions en 1995 à 5, 5 millions en 2007, pour une population active masculine à peu près constante (oscilation entre 28 et 29 millions).

Graphique 2 : évolution de l'emploi précaire 1990 - 2007 : hommes
Source : Bureau des statistiques, Japon, 2007. Compilation des enquêtes annuelles, employés par type d'emploi.
1990 - 1998, chiffre de l'enquête annuelle réalisée en février ; 1999 - 2000, chiffre de la première enquête annuelle réalisée en février, une seconde est réalisée en août  ; 2001 - 2006 : moyenne annuelle réalisée à partir des enquêtes trimestrielles ; 2007, dernier trimestre non-accessible, moyenne des trois premiers trimestres.


Le pourcentage de l'emploi précaire dans la population active féminine a également subi une hausse de près de 30% sur la même période. Déjà établi à près de 40% en 1995, il dépasse les 50% en 2003, et se rapproche en 2007 des 55%. L'évolution du nombre absolu de femmes affectées par l'emploi précaire est plus important car la la population active féminine n'est pas restée constante pendant cette période. On passe de 19 millions en 1995 à près de 23 millions en 2007. Le nombre de femmes dans des formes d'emploi précaires passe ainsi de 7,5  à 12 millions, soit une hausse de près de 40%.

Source : Bureau des statistiques, Japon, 2007. Compilation des enquêtes annuelles, employés par type d'emploi.
1990 - 1998, chiffre de l'enquête annuelle réalisée en février ; 1999 - 2000, chiffre de la première enquête annuelle réalisée en février, une seconde est réalisée en août  ; 2001 - 2006 : moyenne annuelle réalisée à partir des enquêtes trimestrielles ; 2007, dernier trimestre non-accessible, moyenne des trois premiers trimestres.

Il ne faut pas nécessairement lire ces informations de manière statique. La hausse de l'emploi précaire parmi la population active masculine entraîne une baisse des revenus du couple qui peut être compensée par la recherche d'un emploi à temps partiel par la femme - ou la mère de famille. On obtient donc à partir des années 1995 une hausse du nombre de femmes sur le marché de l'emploi non régulier au Japon. Il demeure cependant difficile d'estimer l'emploi précaire contraint au Japon (j'avais essayé de le faire avec l'analyse d'une enquête de la Mairie de Tokyo du ministère du travail et de la santé dans ce post).

Publié dans Recherche post-doc

Commenter cet article