Chômage partiel au Japon (2008-2010)

Publié le par David-Antoine Malinas

Chomp_title.jpg

En japonais, les mesures de soutien au chômage partiel se nomment "kôyo chôsei jyokin" (Aides à l'ajustement de l'emploi). Elles concernent, sous certaines conditions, trois types de mesures prises par les entreprises : le déclassement d'employés au sein de l'entreprise (syukkô), le chômage partiel (kyûgyô) et les stages de formation (kyôiku kunren).

il semblerait que l'administration Koizumi ait rendu ce dispositif particulièrement difficile d'accès. Cependant, quelques deux mois après que la crise mondiale a touché le Japon (septembre 2008), le dispositif a été assoupli dans ses conditions d'accès, dans sa durée d'utilisation (de 150 à 300 jours sur 3 ans) ainsi que dans la part prise en charge par l'Etat (en particulier pour les petites et moyennes entreprises, avec un passage de couverture de 2/3 à 4/5). Les petites et moyennes entreprises ont d'ailleurs été plus spécifiquement visées avec la mise en oeuvre de mesures spécifiques regroupées sous le titre de "Aides d'urgence pour la stabilisation de l'emploi dans les petites et moyennes entreprises (chû sho kigyô kin kyû kôyo antei jyokin)" et mises en oeuvre à partir de décembre 2008. Les dossiers ont rapidement afflués (graphique 1), notamment en provenance des petites et moyennes entreprises qui représentent près de 90 pour cent des demandes  (Ministère de la santé et du travail, rapport juillet 2010). 

Graphique 1 - Nombre d'entreprises et d'employés ayant fait la demande de chômage partiel (par mois)

chom part

 Source : ministère de la santé du travail et des affaires sociales, juillet 2010.

Entre avril de l'année 2008 et avril de l'année 2009, le nombre d'employés demandeurs de dossiers a été multipliées par 2000. le nombre d'entreprise demandeuses a été multiplié par 1000. Ces mesures concernant le chômage partiel auront coûtées pour l'année 2009, la somme de 650 milliards de yens (soit 5.7 milliards d'euros). Il est estimé que sans ces aides, le chômage aurait atteind près de 9 pourcent (au lieu des 5 pourcent actuel). Pour comparaison, en France, l'Etat avait débloqué 40 millions d'euros pour l'année 2009. 

On remarque une atténuation du recours au chômage partiel après le mois d'avril 2009. Deux explications possibles: une conjoncture favorable qui permet de faire repartir l'économie. Le recours au chômage partiel s'atténue, mais la reprise n'a pas d'effet immédiat sur le chômage"réel". deuxièmement, une explication technique : la limite des trois cent jours sur trois ans a été atteinte et certaines entreprises ne peuvent plus utiliser le chômage partiel (avec probablement un effet négatif sur le chômage réel). Dans les deux cas, il y a un effet négatif sur le chômage réel.

Publié dans La crise au Japon

Commenter cet article