Condition de travail au Japon (2)

Publié le par David-Antoine Malinas

Dans ce post, nous abordons la deuxième partie de l'enquête sur les conditions de travail au Japon : l'âge limite du travail

 

  • Système d'âge limite du travail 

Près de 100% des entreprises ont un système d'âge limite du travail (tei nen sei). Seule les petites entreprises (30 - 99 employés) sont plus proches de 90%. De plus, cet âge maximum du travail est uniformisé pour tous les salariés. Il n'existe que peu de cas où une différence apparaît en fonction du travail exercé (entre 1% et 2%).

L'âge limite tend à être repoussé car les entreprises prennent en compte le report de l'âge de la retraite 60 à 65 ans (je prépare une note sur ce point, j'espère ne pas oublier de la poster). Consécutivement, le taux des entreprises qui appliquent un âge limite à 60 ans est en légère baisse, de 85% en 2008 à 82% en 2012. en revanche, il est en hausse, de 11% à 15% sur la même période, pour celles qui appliquent un âge limite de 65 ans et plus. L'adaption est cependant lente parce que les entreprises qui ont un système d'âge maximum ont mis en place un autre système : le dépassement du travail au-delà de l'âge limite. 

  • dépassement de l'âge limite

92% des entreprises ont mis en place un système de dépassement de l'âge limite. Ce taux approche en fait les 100% pour tous les types d'entreprises sauf pour les petites qui ont un tel système à 90%. Près de 80% des entreprises réemploie leur employés mais effectue une modification du contrat de travail (nouveau type de contrat). 20% procède à un renouvellement du contrat existant (même type de contrat). 90% des entreprises quelque soit leurs tailles favorisent le réemploi sauf les petites entreprises : elles sont moins de 80% (ce qui est quand même pas mal). Il me semble que là encore (on l'avait vu dans la flexibilité du temps de travail des salariés également) la différence est à mettre sur le compte de la plus faible maîtrise des outils techniques et juridiques de gestion du personnel.

Parmi les entreprises qui ont un système de dépassement de l'âge limite, 43% d'entres elles n'ont plus d'âge limite. Ce taux est en baisse continu sur les cinq dernières années : il était de près de 50% en 2008. Plus l'entreprise est petite plus le taux d'absence d'âge limite est important : il est de 25% pour les très grandes entreprises mais  46% pour les petites entreprises. Pour celles qui appliquent un deuxième âge limite (saikô koyô nen rei) il est dans 94% des cas de 65 ans ou plus. Ce taux à pris dix points en cinq ans (il était de 84% en 2008). Il existe peu de différence suivant la taille de l'entreprise.

  • critères des emplois après le dépassement de l'âge limite

Pour les emplois après le dépassement de l'âge limite il y a deux modes différents de sélection : à la discétion de l'employé ou à la discrétion de l'employeur. En ce qui concerne les renouvellements de contrat (soit une minorité des cas), on note une répartition égalitaire entre les entreprise qui renouvelle sur demande de l'employé et celles qui renouvellent sur critères de sélection. En ce qui concerne les réemplois (la majorité des cas), dans moins de 40% des entreprises, le réemploi est accepté sur demande de l'employé et dans plus de 60% des cas, des conditions de sélection sont appliquées. 

On s'aperçoit que le mode de sélection à la discrétion de l'employeur tend à devenir prépondérant : il est passé de 33% à 46% entre 2008 et 2012 pour les renouvellements de contrats et de 51% à 58% pour les réemplois. Enfin, plus la taille de l'entreprise est importante, plus ce système est utilisé. Par exemple, près des trois-quart des très grandes entreprises l'utilisent dans le cas d'un réemploi d'un salarié.

Commenter cet article