France. Nouvelles mesures gouvernementales d'aide aux sans-abri

Publié le par David-Antoine Malinas

Les principales mesures défendues par le nouveau secrétaire d'Etat au logement, Benoist Apparu, en faveur des sans-abri (10 novembre 2010)

- Un référent unique pour chaque SDF.
Assurer un suivi personnel. C'est une logique nouvelle en ce sens où la gestion des sans-abri qui nécessite une réactivité forte de la part des services d'urgence favorise plutôt la prise en charge anonyme. C'est-à-dire que le sans-abri (où son pseudo) ainsi que son histoire est connue, mais que le sans-abri ne sait pas à qui il parle, les permanenciers étant interchangeables les uns aux autres. 

- Une gestion unique du nombre de places d'urgence.
Aujourd'hui, le Samu social ne gère que 30 pour cent des places disponibles alors qu'il est positionné comme principal interlocuteur des personnes qui font une demande. 

- Une coordination des maraudes
Eviter le phénomène de doublons des maraudes et assurer une meilleure répartition géographique des moyens. Le phénomène de doublon a pour effet : de laisser de côté certaines populations qui ne sont pas visitées, alors que d'autres, visitées plusieurs fois, sont au final perturbées par la répétition.

- Renforcer le choix du logement plutôt que celui de l'hébergement
 Aujourd'hui, c'est une solution d'hébergement, en foyer d'urgence, qui est en priorité proposée aux sans-abri. Le but est de renforcer la solution logement. C'est un choix qui peut être particulièrement bienvenu pour les "nouveaux arrivants" à la rue afin de les faire sortir rapidement du monde de la rue, et avant qu'ils en prennent les repères. 

- Une aide psychiatrique
 Aujourd'hui, il y a une aide sociale et médicale d'urgence auprès des SDF, mais il n'y a pas d'aide psychiatrique. Le plan prévoit la création de 92 équipes précarité-psychiatrie et 451 permanences de soins. 

 

Commenter cet article