Taux de chômage des jeunes au Japon

Publié le par David-Antoine Malinas

Chômage4 tag

J'utilise les chiffres de l'enquête sur la force de travail (rôdôryoku) qui distingue des classes d'âges (par cinq années). On rappellera que les chiffres officiels ont leurs limites. Notamment, j'ai été assez étonné de voir que pour les plus de 65 ans, il y avait deux types de classifications, une générale intitulée "plus de 65 ans" et une autre qui distingue les "65~69 ans" et les "plus de 70ans". Cependant, l'addition de ces deux dernières catégories ne donne pas le même chiffre que les "plus de 65 ans". Je ne sais pas pourquoi, et j'ai choisi - arbitrairement - de me référer seulement à la catégorie des plus de 65 ans. Vous pouvez voir par vous-même sur cette page, le tableau suivant :年齢階級(5歳階級)別完全失業者数及び完全失業率(エクセル:71KB. C'est génant mais je voudrais surtout me concentrer sur le chômage des jeunes.

  • Tout d'abord, pour donner une vue d'ensemble, voilà l'évolution du chômage au Japon depuis le début des années 90 (graphique ci-dessous). Je l'ai déjà montrée ailleurs, l'évolution n'a pas changée. Une hausse continue du taux de chômage du début des années 90 au début des années 2000 avec un pic en 2002 à 5.4. Ensuite, et je pense que la baisse est liée aux réformes Koizumi qui permettent d'abaisser le coût du travail, on a une baisse pendant plusieurs années avec un taux de chômage juste en dessous de 4 pour cent (3.9), un chiffre qui n'avait pas été lu depuis près d'une décennie. Enfin, depuis que les effets de la crise affecte le Japon, le taux de chômage est reparti rapidement à la hausse, notamment parceque l'industrie à rapidement réagit en licenciant les emplois non-réguliers (dont les intérimaires). 

Chomage1_tx90_09.jpg

Source : Sômushô, Rôdôryoku Chôsa, 2010 

  • Ensuite, la coupe par classe d'âge permet de souligner plusieurs points (voir graphique ci-dessous). Tout d'abord, les plus fort taux de chômage sont ceux des jeunes (15-34 ans). Avec respectivement 9.6, 9.1, 7.1 et 5.4 pour les catégories 15~19, 20~24, 24~29, 30~34, le classement suit exactement le classement par âge. On peut noter également que le chômage des seniors, les 60~64 ans, qui oscillait entre le deuxième et le troisième plus fort taux de chômage jusqu'au début des années 2000, a ensuite connu une forte baisse pour s'établir en 2007 à 3.7 pour cent. S'il connait également une remontée, comme tout les autres taux, il demeure à un taux inférieur à celui des jeunes (sauf si on prend en compte également les 35~39ans).

Chomage2_age90_09.jpg

Source : Sômushô, Rôdôryoku Chôsa, 2010 

  • Enfin, en ce qui concerne l'intensité de l'augmentation du chômage, calculée à partir des taux d'augmentation du nombre de chômeurs pour chaque catégorie d'âge entre l'année 2008 et 2009, on s'aperçoit que les hauses les plus importantes concernent les moins jeunes (voir graphique ci-dessous). Ainsi, pour les catégories 40~44 ans, 45~49 ans et 50~54 ans la hausse est respectivement de 40, 35 et 31.5 pour cent. Les jeunes ont les hausses les plus faibles toutes catégories confondues. Elles oscillent entre 12.5 pour cent pour les 15~19 ans et 24.2 pour cent pour les 30~34 ans.

Chomage3_var08_09.jpg

Source : Sômushô, Rôdôryoku Chôsa, 2010 

 

Publié dans Précarité des jeunes

Commenter cet article