Coefficient de Gini au Japon 1

Publié le par David Malinas

Définition
Le coefficient de Gini est une mesure du degré d'inégalité de la distribution des revenus dans une société donnée. Le coefficient de Gini est un nombre variant de 0 à 1, où 0 signifie l'égalité parfaite (tout le monde a le même revenu) et 1 signifie l'inégalité parfaite (une personne a tout le revenu, les autres n'ont rien). (http://fr.wikipedia.org/wiki/Coefficient_de_Gini). Un chiffre de 0.5 signifie que 25 pourcent de la population reçoivent 75 pourcent des revenus.

Comparaison internationale et évolution historique
la moyenne des pays de l'OCDE se situe aux environs de 0.3, le groupe des pays les plus égalitaires étant situé entre 2 et 3 (0.252 pour la Suède en 2000, 0.288 pour la France en 1994 après redistribution). Le groupe des pays les plus inégalitaires au sein de l'OCDE étant situé entre 3 et 4 (0.368 pour les Etats-Unis  en 2000).
Entre le milieu des années 80 et la fin des années 90, le Japon est passé d'un coefficient de 0.278 à un coefficient de 0.314 (2000). En dessous de la moyenne des pays de l'OCDE établie à 0.293 en début de période et intégré aux pays à tendance égalitaire, le coefficient est du Japon est désormais situé en dessus de la moyenne des pays de l'OCDE établie à 0.310 en 2000. (OECD Factbook 2006: Economic, Environmental and Social Statistics OECD 2006). Le Japon apparait comme l'un des seuls pays a avoir changé de groupe sur la période étudiée (avec la Nouvelle-Zélande et l'Angleterre).
La hausse du coefficient de Gini au Japon est une tendance de long terme qui a commencé dès les années 70 mais n'a pas remis en cause jusqu'à une période récente la perception du Japon comme une société sans classe. En 2002, le coefficient de Gini a été calculé à  0.322 après redistribution. (Kôseirôdôsyo, nen shotoku saibunpai chôsakekka, 2002), une nouvelle hausse  qui fait du Japon l'un des cinq pays les plus inégalitaires du groupe OCDE, et le rapproche des économies anglo-saxonne.

la suite : causes et perspectives...

Publié dans Recherche post-doc

Commenter cet article